GUIDE D'ACHAT

TOP 5 des équipements de protection de la personne : Sécurité des équipes en collectivités

Comment garantir la protection de ceux qui doivent travailler en situation de crise sanitaire ? Comment leur permettre de rester au contact du public alors que la distanciation sociale s’impose, comme pendant l’épidémie de Covid-19 ? Comment les aider à assurer la continuité de leur mission de service ? Que ce soit au pic de la crise, quand il faut être présent sur le terrain pour assurer le quotidien, ou à l’heure du déconfinement, quand il faut rester prudent, il est essentiel de bénéficier d’un équipement de protection professionnel adapté.

équipement de protection contre les viruséquipement de protection contre les virus

Quand la crise sanitaire liée au Covid-19 a débuté et que le confinement a commencé, employeurs et institutions ont cherché à mettre leurs équipes en sécurité. Ils se sont tournés vers le télétravail quand cela était possible… Mais dans certains cas, ça ne l’était pas. Pour les commerces indispensables, mais aussi pour certaines collectivités, il fallait rester sur le terrain, pour garantir la continuité du quotidien. De même, dès l’amorce du déconfinement, de nombreuses institutions ont repris un contact présentiel avec le public. Pour protéger les équipes et les personnels présents sur le terrain, il est indispensable de bénéficier d’équipements de protection performants et légers, qui n’entravent pas leurs mouvements et ne compliquent pas leur mission.

Se sentir protégé permet aussi aux équipes d’avoir l’esprit tranquille et par conséquent de mieux travailler. En effet, il n’est pas facile de se concentrer sur sa mission quand on a peur pour sa santé et que l’on craint d’être exposé à un virus ou à un quelconque danger. Pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, de nombreux employés ont expliqué qu’ils craignaient pour leur sécurité en venant travailler. D’autres ressentent encore de l’angoisse à l’heure du déconfinement, quand il est l’heure de retourner sur le terrain après toute une période de travail à distance. Bien choisir son matériel et dispositif de protection permet de rassurer les équipes, dans une période marquée par l’inquiétude.

Du masque à la sur-blouse, en passant par le distributeur de gel hydro-alcoolique, la visière et les plexiglas de séparation, voici notre TOP 5 du matériel de protection pour garantir la sécurité du personnel.

1- Des masques pour se protéger et protéger les autres

Le masque est l’un des équipements de protection les plus demandés dans le contexte de l’épidémie de covid19. On s’habitue aujourd’hui à voir de plus en plus de gens le porter, que ce soit dans la rue ou dans le cadre de leur fonction.

masques de protection covid-19masques de protection covid-19

On distingue les masques professionnels (masques chirurgicaux, masques FFP1, FFP2 ou FFP3) et les masques grand public, également appelés « masques barrières » : lavables, ce sont des masques réutilisables. Ils offrent notamment une protection contre les micro-projections de salives survenant quand on parle, et a fortiori quand on éternue. Le masque barrière évite aussi à celui qui le porte de se toucher spontanément le visage (un geste que chacun fait jusqu’à 3000 fois par jour en temps normal…). Attention : on doit également prendre garde à ne pas toucher son masque !

On distingue les masques barrière de catégorie 1 et de catégorie 2. Les masques barrière de catégorie 1 sont les plus filtrants. Ils sont par conséquent recommandés pour les agents de collectivités chargés de l’accueil du public. Les masques barrière de catégorie 2, un peu moins filtrants, conviennent à l’usage du grand public dans les activités quotidiennes, comme faire ses courses par exemple.

Pour une collectivité, choisir le bon masque pour ses équipes dépend forcément du type d’activité exercée. Pour le personnel d’un Ehpad, amené à travailler auprès d’un public âgé particulièrement vulnérable au Covid-19, on peut préférer les masques jetables professionnels (masques chirurgicaux). Pour du personnel d’accueil au sein d’une mairie, des masques barrière lavables peuvent suffire. On veillera à vérifier le nombre de lavages à 60° autorisés : ils varient en général de 10 à 50.
Et dans tous les cas, il faudra mettre suffisamment de masques à la disposition des équipes, pour que chaque membre puisse en changer si besoin en cours de journée.

2 - Visières et lunettes de protection

La visière protège non seulement les yeux mais aussi l’ensemble du visage. Elle permet aux agents de travailler sans être gênés par un objet directement posé sur le nez, la bouche et le menton. En ce sens, certains peuvent la préférer au masque. On s’aperçoit d’ailleurs que la visière rencontre un grand succès dans la rue ! Cependant, elle ne remplace pas totalement le masque car, ouverte dans sa partie basse, elle protège moins l’entourage des postillons dirigés vers le bas. Celui qui la porte est lui-même un peu plus vulnérable : pour une protection complète, on peut l’associer à un masque chirurgical ou un masque barrière.

Visières de protectionVisières de protection

Quoi qu’il en soit, la visière reste une bonne protection, extrêmement pratique. Légère, elle peut être réglée en fonction du tour de tête de celui qui la porte. Elle est réutilisable, avec un écran en polypropylène, intégralement lavable à l’eau savonneuse. Il existe aussi des visières rabattables dont l’écran peut être relevé ou baissé selon les beso3 - Combinaison, charlotte, sur-blouse et sur-chaussuresins. Dans tous les cas, l’écran de la visière est soumis à un traitement antibuée, ce qui est particulièrement appréciable.

Pour protéger les yeux de tout type de projection, on peut préférer des lunettes de protection antibuée. Elles sont recommandées quand il existe un risque de projection ou d’éclaboussure, qu’il s’agisse de substances nocives organiques ou chimiques. Si besoin, on associe ces lunettes à un masque barrière pour une protection totale.

3 - Combinaison, charlotte, sur-blouse et sur-chaussures

Dans un contexte épidémique, mais aussi dans le cadre d’une profession exposant à des substances dangereuses, il peut être nécessaire de protéger l’ensemble du corps et de recouvrir ses vêtements d’une tenue spécifique. On s’équipe alors de combinaisons, charlottessur-blouses et parfois de sur-chaussures, particulièrement utiles pour éviter de contaminer des sols quand on vient d’un lieu potentiellement souillé. Les sur-chaussures sont par exemple utilisées dans les garderies ou crèches, pour protéger les sols où les très jeunes enfants évoluent à quatre pattes.

Les combinaisons et sur-blouses peuvent quant à elles être utilisées par de nombreuses collectivités pour protéger les équipes dans différents secteurs. Par exemple, des combinaisons de protection assurent la sécurité du personnel dédié à la propreté des espaces publics.

Des sur-blouses permettent au personnel soignant en Ehpad ou tout autre établissement médico-social de se protéger eux-mêmes, mais aussi de protéger les résidents d’éventuelles contaminations indirectes.

Pour ceux qui travaillent dans les cuisines des collectivités, porter une sur-blouse est aussi une garantie d’hygiène pour les repas qu’ils préparent à l’attention des usagers.

4 - Le gel hydro-alcoolique est ses distributeurs

On a beaucoup insisté sur l’importance de l’hygiène des mains pour limiter la propagation des virus. Et pour les particuliers, le fait de se laver les mains au gel hydroalcoolique en entrant dans un lieu public fait désormais partie de la norme. De même, au sein des collectivités, on met à disposition des équipes des stations de désinfection des mains : ces nouvelles installations font maintenant partie du matériel d’hygiène de base. Pour les rendre plus visibles, agréables et pratiques, on choisit ces bornes de distribution de gel hydro-alcoolique dans des designs modernes, épurés ou colorés selon les publics concernés. Dans une école ou un collège, les couleurs rafraichissantes d’un distributeur de gel hydroalcoolique comme le Totem seront particulièrement appréciées. Mais il existe d’autres distributeurs de gel hydroalcoolique, plus sobres, actionnables par bouton poussoir, ou à partir du pied ou du coude pour éviter tout contact avec les mains. On peut aussi choisir un distributeur de gel mural ou sur pied. Dans tous les cas, il doit émettre à chaque fois la bonne quantité de produit, pour éviter tout gaspillage et inconfort pour l’utilisateur. Il doit aussi permettre de garder un œil sur le volume de produit restant disponible, afin de pouvoir changer de flacon dès que c’est nécessaire.

Alternative au gel hydroalcoolique : les lingettes désinfectantes, dont on laisse un stock à la disposition des équipes.

gel hydroalcooliquegel hydroalcoolique

5 - Les plexiglas de séparation entre les agents et le public

Pour les agents des collectivités amenés à travailler en face-à-face avec le public, dans les zones d’accueil et d’information par exemple, on peut installer des cloisons en plexiglas : ils permettront aux usagers de s’approcher sans risque pour le personnel, qui pourra écouter leurs questions sans crainte d’être contaminé. L’usage des plexiglas est maintenant répandu dans de nombreux établissements recevant du public, y compris les établissements privés. Les plexiglas peuvent aussi être installés au sein des locaux administratifs des collectivités, entre les bureaux d’un espace ouvert par exemple.

cloison plexiglascloison plexiglas

A ce top 5 du matériel de protection des équipes, on peut bien sûr ajouter plusieurs éléments, selon le contexte. On pense par exemple au thermomètre frontal, pour prendre la température de quelqu’un à distance. Cela peut s’avérer particulièrement utile pour contrôler l’entrée de certains employés de collectivités accueillant des publics fragiles, comme les EHPAD ou d’autres établissements médico-sociaux. En identifiant un possible cas de maladie, on évite tout risque de contamination du reste des équipes et des résidents.

Les gants aussi peuvent s’avérer utiles… mais attention, ils ne conviennent pas à toutes les circonstances. Ils sont particulièrement adaptés aux risques de contamination directe en cas d’exposition des mains à des substances nocives par exemple. Mais de nombreux spécialistes ont mis en garde les personnes qui pourraient se sentir protégées contre le coronavirus par le simple port de gants : il est alors facile d’oublier qu’on ne doit pas se toucher le visage, et porter ses doigts gantés à son menton ou à sa joue.

Matériel de nettoyage ,des locauxMatériel de nettoyage ,des locaux

Enfin, pour compléter ces dispositifs de protection des équipes contre la propagation des virus et autres germes, on n’oublie pas de mettre en place un protocole de désinfection des locaux pour assurer le nettoyage régulier des surfaces, des objets et des sols.

Haut