GUIDE D'ACHAT

Bien choisir son équipement d’hygiène des mains

Bien se laver les mains est essentiel pour éviter la propagation de nombreuses maladies et infections courantes, de la grippe à la gastro-entérite en passant par le simple rhume. Ce geste est encore plus crucial dans le contexte de la pandémie de coronavirus. Mais n’oublions pas que l’on devrait se laver les mains fréquemment même en dehors de toute crise sanitaire, chez soi comme dans les établissements collectifs. Voici quelques installations essentielles à mettre en place pour garantir l’hygiène des mains dans les collectivités, pour les usagers ou les équipes qui y travaillent.

se laver les mainsse laver les mains

« On doit se laver les mains avant de passer à table ou en sortant des toilettes », nous apprend-on quand on est enfant. En réalité, comme nous le rappelle la crise sanitaire liée au Covid-19, nous devrions le faire encore plus souvent, et en tout cas plusieurs fois par jour en guise de protection contre la propagation des virus et autres germes. La liste des occasions est longue :

• Avant et après être allé aux toilettes,
• Avant et après s’être occupé d’un bébé et avoir changé une couche,
• Avant de préparer à manger et avant de manger;
• Avant de nettoyer une plaie, d’effectuer des soins;
• Après avoir pratiqué des activités salissantes
• Avant et après avoir effectué la toilette d’une personne;
• Entre chaque patient (pour le personnel soignant);
• Après s’être occupé d’un animal ;
• Etc.

Dans un contexte épidémique (on pense au Covid-19, mais n’oublions pas la grippe et la gastro-entérite saisonnières), on veille à se laver les mains plusieurs fois au cours de la journée, surtout après avoir touché des surfaces manipulées par d’autres utilisateurs : une poignée de porte, les boutons de l’ascenseur, le clavier du lecteur de carte bancaire ou du distributeur de billets de banque… Sans oublier tous les écrans tactiles qui font partie de notre quotidien : écrans du distributeur de tickets de transports, écrans de commande des menus dans les établissements de restauration rapide, tablettes, smartphones… Toutes ces surfaces représentent d’importants foyers de germes en tout genre.

Pourquoi se laver les mains ?

S’il est si important, après chacun de ces gestes, de se laver les mains, c’est qu’elles sont le transmetteur de nombreux virus et bactéries. Nous nous contaminons en serrant la main de quelqu’un de malade ou en touchant des surfaces souillées de germes invisibles, puis en touchant notre propre visage ou en mangeant avec les doigts. Nous contaminons notre entourage de la même manière, et ainsi de suite. Se laver les mains est un geste particulièrement simple, parmi tous ceux permettant de briser cette chaine de transmission, et ainsi de lutter contre la propagation des virus.

Histoire de l’hygiène des mains

En Occident, on prend conscience de l’importance du lavage et de l’antisepsie des mains en 1847 avec une découverte du médecin hongrois Ignace-Philippe Semmelweis : il s’étonne à l’époque du nombre élevé de femmes décédant de « fièvre puerpérale » après leur accouchement dans l’un des services de son hôpital. Il comprend finalement que ces morts sont dues au manque d’hygiène des médecins : ceux-ci passent de la salle d’autopsie à la salle de travail de la maternité sans se laver les mains. Il impose alors le lavage des mains à tous les praticiens du service, réduisant ainsi de manière drastique le taux de mortalité des femmes en couches. Il faudra malgré tout du temps pour que cette pratique soit adoptée par l’ensemble du corps médical. D’autant qu’à l’époque, le protocole de lavage des mains doit durer au moins cinq minutes, en utilisant une irritante solution à base de chlore… Aujourd’hui, près de deux siècles plus tard, tout le monde a pris conscience de l’importance de se laver les mains, et le protocole est beaucoup moins pénible, pour les médecins comme pour les particuliers.

Des affiches rappelant les bons gestes pour se laver les mains

Même s’il est désormais beaucoup moins contraignant et désagréable, un lavage des mains efficace exige le respect de bonnes pratiques. Pour rappeler ces gestes spécifiques, les collectivités utilisent souvent des affiches grand format, disposées dans les espaces publics, ainsi que dans les toilettes et lavabos collectifs. Dans les écoles par exemple, on utilise des dessins attractifs adaptés aux enfants. Dans les mairies, on peut installer des affiches plus standard. Même chose dans les Ehpad, où le respect de l’hygiène des mains est crucial au regard de la fragilité des résidents : les équipes travaillant auprès des personnes âgées sont déjà sensibilisées à cette question, mais il est important de rappeler les bons gestes aux familles venues visiter leurs proches.

 

Bien se laver les mains nécessite un enchainement précis :

• Se mouiller les mains avec de l’eau
• Se frotter les mains pendant au moins 30 secondes avec du savon en insistant sur la paume, le dos de la main, les doigts, les interstices entre les doigts. Pour être sûr de respecter la durée de lavage, on peut chanter deux fois « Joyeux anniversaire » (pas trop vite !)
• Se laver jusqu’aux poignets inclus
• Chez soi, si on a les ongles sales, les brosser avec une brosse personnelle. (En dehors de chez soi, le fait de gratter la paume de sa main avec les ongles de la main opposée, sous l’eau savonneuse, compense un peu l’absence de brosse).
• Utiliser un savon bactéricide le cas échéant (par exemple si l’on se trouve dans un établissement de soin, où l’on est amené à être en contact avec des germes résistants et agressifs)
• Se rincer les mains soigneusement
• Dans les établissements recevant du public, utiliser si possible un robinet sans contact manuel (détecteur de mouvement, manivelle à actionner avec le coude…)
• Se sécher les mains avec une serviette en papier jetable
• Jeter la serviette en papier dans une poubelle, elle aussi de préférence à pédale, pour éviter tout contact avec les mains désormais propres.

gel hydroalcooliquegel hydroalcoolique

De l’eau et du savon, ou du gel hydro-alcoolique

Le lavage des mains à l’eau et au savon est d’une efficacité redoutable contre un grand nombre de germes, qui sont ainsi mécaniquement éliminés de la surface de la peau. Dans certaines collectivités comme les écoles, on peut inviter les enfants à ainsi régulièrement passer aux lavabos : avant et après la cantine, avant et après la récréation, avant et après être allé aux toilettes (et bien sûr après une activité salissante comme la peinture).

Dans les Ehpad également, le personnel dédié aux soins des personnes âgées (toilette, aide au repas…), doit lui aussi avoir accès à des points d’eau où il peut assurer un lavage des mains en profondeur.

Pour les zones d’accueil dans les mairies ou tout autre établissement recevant du public (ERP), il est difficilement envisageable d’amener chaque visiteur vers un point d’eau dès son arrivée. En revanche, il est très simple de proposer des distributeurs de gel hydroalcoolique dans les collectivités. Une fois la bonne quantité de gel sur les mains, on peut procéder aux mêmes gestes de lavage que sous l’eau. Se désinfecter les mains dès son entrée dans un établissement est de plus en plus répandu, pour les équipes comme pour les visiteurs. Ce nouveau geste est bien sûr dû au contexte de l’épidémie du Covid-19. Certaines communes ont même installé des distributeurs de gel hydroalcoolique dans les zones extérieurs des espaces publics.

Il existe différentes sortes de distributeurs de gel hydro-alcoolique.

Bien choisir son distributeur de gel hydro-alcoolique

Dans certains cas, il peut être suffisant de poser sur une simple table un flacon de gel hydroalcoolique à disposition des utilisateurs, visiteurs ou employés. On veillera à choisir la bonne contenance pour ne pas se retrouver avec un flacon vide trop souvent.

distributeur de gel hydroalcooliquedistributeur de gel hydroalcoolique

Mais pour davantage mettre en évidence ses stations de lavage des mains, on les choisit modernes, et d’utilisation hygiénique : par exemple, un distributeur de gel hydroalcoolique mural et sans contact, qui se déclenche grâce à un détecteur de mouvement ou à une cellule photo-électrique, rassurera les usagers.

Toujours pour éviter tout contact avec les mains, on peut préférer des distributeurs de gel hydroalcoolique sur pied, actionnables à partir du pied ou du coude.

On peut aussi choisir des bornes de distribution de gel hydro-alcoolique particulièrement esthétiques, pour les rendre encore plus attractives : c’est l’idéal dans les écoles et les collèges, afin qu’elles soient adoptées par les enfants et les adolescents.

Concernant le produit désinfectant lui-même, il en existe de différentes marques, comprenant différents taux d’alcool et d’éléments hydratants pour compenser l’effet potentiellement desséchant du gel.

Fournir des lingettes désinfectantes et des mouchoirs en papier aux équipes

Nettoyage des locauxNettoyage des locaux

Au sein d’établissements médico-sociaux accueillant des résidents fragiles, on peut multiplier les stations de désinfection des mains et en proposer différents modes. Par exemple, on met à disposition des équipes des lingettes désinfectantes, sous formes de paquets individuels, en plus des points d’eau et des bornes de distribution de gel désinfectants.

De manière générale, on n’oublie pas de proposer des mouchoirs jetables : on sait qu’il faut éternuer dans son coude, mais un mouchoir en papier est toujours le bienvenu en cas d’éternuement ou de nez qui coule. On multiplie aussi les poubelles où jeter les mouchoirs usagés : le mieux est de choisir des poubelles à pédales, toujours pour éviter tout contact avec les mains… sachant qu’après s’être mouché ou avoir éternué dans son mouchoir, un bon lavage des mains s’impose de toute façon !

Parallèlement, pour garantir encore davantage d’hygiène, on met en place un protocole de désinfection des locaux avec des équipements et produits de nettoyage adaptés… Et on n’oublie pas de munir ses équipes de tout le matériel nécessaire pour se protéger contre le coronavirus et les différents germes en circulation.

Haut