Quel chauffage d’appoint pour une collectivité ?

Le chauffage d’une collectivité répond à différents besoins selon les moments de l’année. Il y a le chauffage principal, que l’on met en route en automne. Mais on peut aussi avoir besoin d’un chauffage d’appoint, par exemple lors d’une panne du chauffage principal, ou quand celui-ci n’est pas ou plus utilisé, aux intersaisons. Il existe différents types de chauffages d’appoint, à choisir selon le contexte et le volume de la pièce à chauffer. Voici une sélection des systèmes les plus intéressants.

Chauffage d'appoint

A moins de se trouver en plein cœur de l’été, on peut toujours avoir besoin d’un chauffage d’appoint pour sa collectivité. Cet équipement est particulièrement précieux en cas de refroidissement brutal et inattendu, et aux intersaisons, quand le chauffage central n’est plus (ou pas encore) activé. Le chauffage d’appoint représente alors des avantages considérables : très pratique, peu coûteux à l’achat, il chauffe les espaces assez rapidement, et peut être éteint dès qu’on n’en a plus besoin. Il est utilisé notamment pour chauffer des pièces pas trop grandes, et de préférence bien isolées, en gardant les fenêtres fermées.

Mais dans tous les cas, comme son nom l’indique, le chauffage d’appoint est un complément du système de chauffage principal. Il ne peut le remplacer. Utilisé de manière prolongée, il peut entraîner des surconsommations d’énergie non négligeables, aussi mauvaises pour l’environnement que pour le budget de la collectivité.

Alors, quel radiateur d’appoint choisir pour chauffer les différents espaces d’une collectivité ? Ehpad, établissements médico-sociaux, mairies, écoles... Comment choisir un système de chauffage adapté aux besoins de la collectivité, au contexte spécifique de ses visiteurs, utilisateurs et résidents, et aux volumes des espaces à chauffer ?

Nous vous présentons ici différents types de chauffages d’appoint : chauffage céramique, chauffage d’appoint bain d’huile, convecteur électrique mobile et autre chauffage mural... Nous détaillons les avantages et inconvénients des différentes solutions.

#1 Le radiateur soufflant, pour chauffer une petite pièce instantanément

Particulièrement adapté pour chauffer une pièce de moins de 10 m2, le convecteur électrique soufflant permet de générer beaucoup de chaleur rapidement mais très ponctuellement. Le mécanisme de ce dispositif est simple : ce radiateur chauffe l’air ambiant grâce à sa résistance électrique ou en céramique, puis le rejette dans la pièce grâce à un système de ventilation. Ce type de chauffage ne peut rester allumé en permanence : la chaleur dans la pièce serait beaucoup trop élevée, tout comme la consommation d’électricité.

Il est très facile à installer : il suffit de le brancher et de le mettre en route. Il sera parfait comme chauffage de bureau individuel fermé, surtout si l’on y est pour une durée limitée, ou pour chauffer une chambre d’Ehpad ou de foyer médico-social, afin d’assurer un confort thermique au résident qui sort de la douche ou qui a besoin de se changer.

Chauffage soufflant

Certains radiateurs soufflants sont équipés d’une résistance en céramique plutôt qu’électrique. Le souffle chaud se diffuse alors par rayonnement. Ce type de convecteur céramique soufflant est moins gourmand en énergie et n’assèche pas l’air, apportant une chaleur homogène dans la pièce. Cependant, il chauffe un peu moins rapidement. Attention à le nettoyer régulièrement, en aspirant la poussière accumulée sur les grilles et le filtre.

Ces convecteurs font parties des chauffages mobiles, légers et faciles à déplacer. A noter que certains modèles peuvent aussi être fixés au mur. Ils sont alors souvent plus grands et ressemblent à un dispositif de climatisation (d’ailleurs, certaines climatisations sont précisément équipées d’un mode « chauffage »).

Céramique ou électrique, on choisira de préférence les convecteurs portant la norme ip44.

#2 Le radiateur bain d’huile : un chauffage à inertie

Lui aussi adapté aux petites pièces, le radiateur bain d’huile est très simple d’utilisation et présente un avantage non négligeable : par inertie, il conserve la chaleur produite et peut continuer à chauffer la pièce une fois éteint. Bien utilisé, il peut ainsi être plus économique qu’un radiateur soufflant, par exemple. De plus, il chauffe l’atmosphère sans assécher l’air, ce qui peut être appréciable.

Radiateur bain d'huile

Le radiateur bain d’huile fonctionne grâce à une résistance électrique plongée dans de l’huile minérale. La résistance chauffe l’huile, qui transmet sa chaleur aux parois du radiateur, qui réchauffent à leur tour la pièce où le chauffage est installé. Ce dernier point peut être problématique : les parois du radiateur bain d’huile deviennent brûlantes et nécessitent de faire très attention quand on évolue à proximité. Il est donc plutôt à éviter dans une pièce avec de jeunes enfants, par exemple. On préfèrera l’utiliser dans un bureau, éventuellement une salle de bain ou une salle d’attente.

C’est un radiateur assez lourd, mais s’il est monté sur roulettes, on peut facilement le faire passer d’une pièce à l’autre.

#3 Le radiateur rayonnant : un rayonnement infrarouge pour chauffer localement

Le radiateur rayonnant ou panneau rayonnant procède d’un mécanisme bien particulier : il transmet sa chaleur par rayons infrarouges. Sa paroi en aluminium, métal, verre ou pierre de lave est chauffée par une résistance électrique. La paroi émet sa chaleur par rayonnement infrarouge, réchauffant les objets et corps présents dans la pièce, qui à leur tour réfléchissent la chaleur et réchauffent l’atmosphère.

Panneau rayonnant

Ce type de radiateur d’appoint ne peut pas chauffer de très grandes pièces, on le réserve plutôt à des surfaces moyennes.

Il diffuse une chaleur douce et ne dessèche pas l’air. Les modèles les plus modernes présentent des options qui permettent de contrôler leur consommation en électricité. Cependant, il reste relativement gourmand en énergie.

Il existe des modèles de radiateurs rayonnants à roulettes, mais aussi muraux, voire à poser au plafond. Leur installation est alors moins évidente que pour les radiateurs soufflants et « bain d’huile ». On doit aussi assurer à ce chauffage d’appoint un entretien annuel, en nettoyant la grille en fonte posée en façade, puis en dépoussiérant l’intérieur avec un aspirateur.

#4 Le convecteur électrique : pour réchauffer rapidement une pièce de surface moyenne

On connait tous le convecteur électrique, particulièrement utilisé chez les particuliers. On peut également s’en servir comme chauffage d’appoint dans une collectivité, pour des pièces allant jusqu’à 30 m2.

Son principe : réchauffer l’air ambiant directement avec sa résistance électrique. L’air chaud, plus léger que l’air froid, monte vers le plafond, laissant place à de l’air froid à proximité du radiateur. Cet air froid, une fois chauffé, monte à son tour. Et ainsi de suite.

Convecteur mobile

L’avantage majeur d’un convecteur électrique d’appoint est sa rapidité : il peut chauffer une pièce relativement vite. Il est également assez léger, et les modèles sur pieds peuvent être déplacés facilement d’une pièce à l’autre. On peut cependant préférer un modèle de convecteur mural.

Son principal inconvénient est sa gourmandise en électricité. Mais ce problème peut être limité grâce à l’ajout d’un thermostat, qui régule le fonctionnement de la résistance électrique selon la température de la pièce. Autre bémol : le déplacement des poussières au fil des mouvements de masses d’air. Enfin, ce type de chauffage d’appoint provoque globalement un assèchement de l’atmosphère. Mais cela peut se transformer en point positif dans les pièces présentant un trop fort taux d’humidité.

#5 Un chauffage d’appoint pour un espace extérieur

Il peut être bien agréable de passer un moment dehors en hiver... à condition d’avoir bien chaud ! Certains chauffages d’appoint peuvent être utilisés à l’intérieur comme à l’extérieur. Par exemple, un parasol chauffant électrique peut augmenter la température autour de lui de 15 degrés. Il faut juste avoir une prise électrique à proximité.

Parasol chauffant au gaz propane

D’autres équipements sont à utiliser exclusivement dehors. Pour chauffer la terrasse ou le jardin d’une collectivité, par exemple, on peut choisir un parasol chauffant, au gaz cette fois. Très facile à déplacer, il n’a pas besoin d’alimentation électrique et peut être posé n’importe où à l’extérieur, sur un sol stable évidemment. Il offre un pôle de chaleur pouvant irradier jusqu’à 20 m2. Parfait pour réchauffer des usagers installés à proximité.

#6 Ateliers, entrepôts... Quel chauffage d’appoint pour de grandes surfaces ?

Quel chauffage d’appoint pour les ateliers, entrepôts de stockage ou autre grande surface ? Chauffer un vaste espace implique forcément des appareils beaucoup plus puissants que ceux utilisés pour des pièces de taille normal. On choisira par exemple des canons à air chaud qui conviendront parfaitement pour chauffer de grands espaces intérieurs ou même extérieurs, tels que des chantiers. Ce dispositif fonctionne avec de l'huile de pétrole ou du diesel. Il présente une sortie d'air de grand diamètre, ce qui garantit une diffusion optimale de la chaleur et un rendement thermique élevé. Une fois le plein du réservoir effectué, l’autonomie de l’appareil est de 10 heures environ.

Chauffage à air pulsé

Dans tous les cas, quel que soit le besoin en termes de chauffage d’appoint, que l’on souhaite chauffer une pièce ou plusieurs espaces au sein d’une collectivité, il est préférable de s’adresser à un expert. Le confort thermique au sein des espaces collectifs est crucial pour les usagers et ne peut être laissé au hasard. Pour faire les bons choix et assurer l’installation optimale de tous les dispositifs, on n’hésite pas à contacter Manutan Collectivités pour des conseils avisés et un accompagnement de qualité.

 Retour à l'index des guides > Sécurité et hygiène > Quel chauffage d’appoint pour une collectivité ?