Nos lettres d'information

S'abonner à notre lettre d'information

L’apport des tablettes tactiles dans l’apprentissage et l’autonomie des personnes avec handicap mental et cognitif

Le dossier de juin 2015 : Le handicap en structure
Médico-Sociale
médico-social : Le handicap en structure Médico-Sociale

Ces dernières années, les nouvelles technologies, tablettes en tête, se sont frayées un chemin dans les structures médico-sociales. Elles sont de plus en plus nombreuses à intégrer ces outils dans leur démarche pédagogique. Sarah Cherruault, Présidente-Directrice Générale d’Auticiel, et Marie-Christine Viera, Responsable d’un IME ayant intégré l’une de ces solutions, nous en disent davantage sur les bénéfices, les conséquences et les enjeux.

Découvrir la vision du fabricant Découvrir la vision de l'utilisateur

Les tablettes tactiles au service des personnes avec handicap mental et cognitif du côté du fabricant

Créatrice d’une solution numérique dédiée aux personnes avec autisme et d’un écosystème complet d’applications, Auticiel est une entreprise à vocation sociale qui se fixe 3 missions : créer des outils numériques adaptés aux personnes avec handicap mental et cognitif, accompagner les familles et les professionnels dans l’utilisation de ces outils, et informer et sensibiliser le grand public. Aujourd’hui, la majorité de ses clients sont des structures médico-sociales dont un certain nombre d’Instituts Médico-Educatifs (IME).




Le potentiel des tablettes tactiles

Le projet Auticiel voit le jour en 2011 avec les débuts de la tablette tactile en France. Sarah Cherruault raconte : « A cette époque, j’ai rencontré une association de familles de personnes avec autisme qui se rendaient compte que si leurs enfants avaient beaucoup de mal à communiquer avec une personne humaine, c’est une des caractéristiques de l’autisme, ils arrivaient en revanche très bien à se servir d’outils numériques et notamment de la tablette tactile. C’était assez incroyable de voir avec quelle facilité ils interagissaient avec l’outil alors que ce sont des enfants en grande difficulté. Intuitif, interactif et ludique, ce nouveau média facilite en effet la compréhension et capte l’attention. Ce qu’il manquait, c’était une interface et des contenus personnalisables, sécurisés et adaptés à leurs besoins. En partenariat avec un comité scientifique et des établissements testeurs, nous avons conçu des applications innovantes d’apprentissage et d’aide à l’autonomie. Ces outils, utilisés par plus de 40 000 personnes en France et au Canada, aident la personne avec handicap à pallier des difficultés liées notamment aux interactions sociales, aux repères spatio-temporels ou encore à la compréhension des émotions chez autrui.

Nous proposons aujourd’hui des packs complets pour les établissements (IME, SESSAD, FAM, MAS…) nommés "AutiTab" composés de tablettes tactiles renforcées et sécurisées, d’applications adaptées et d’un gestionnaire permettant de suivre les progrès réalisés et de monitorer les contenus. Nous accompagnons les équipes sur place dans l’intégration et l’usage de ces nouveaux supports avec des formations spécialisées. Ce dispositif rencontre beaucoup de succès et nous avons notamment conclu des partenariats avec l’UNAPEI et la Fédération Française Sésame Autisme. »


L’esprit collaboratif au cœur de la méthode de conception Auticiel

« Nous sommes éditeurs d’applications spécialisées, précise Sarah Cherruault. Toutes nos applications sont conçues avec des professionnels du milieu Médico-Educatif (psychologues, orthophonistes, éducateurs spécialisés…) qui travaillent au quotidien avec des personnes handicapées, mais aussi avec des chercheurs, des établissements d’accueil et des familles. »

Concrètement, Auticiel part de besoins exprimés sur le terrain, formalise ensuite des comités scientifiques, développe des prototypes et les teste en conditions réelles d’usage pour améliorer les solutions jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment pertinentes pour les rendre accessibles à tous : « Nous fonctionnons en "Living Lab", il s’agit en d’autres termes de co-conception. L’application Logiral en est une parfaite illustration. Cette application disponible sur AutiTab permet d’enregistrer simplement des vidéos puis d’effectuer des ralentissements pour les visionner à différents rythmes. Elle a reçu le soutien du Ministère de l’Education Nationale et a été conçue en collaboration avec une équipe de chercheurs d’Aix-Marseille Université. »

Cet esprit collaboratif se traduit également par la mutualisation des supports pédagogiques entre tous les utilisateurs qui permet par exemple à un orthophoniste de partager ses supports pédagogiques avec ses confrères et d’en piocher chez d’autres.


Les intérêts de la tablette numérique tactile

« Dans la plupart des établissements ou des classes accueillant des personnes avec handicap mental et/ou cognitif, le matériel informatique classique n’est pas ou peu utilisé, car l’interaction entre la souris, l’écran et le clavier n’est pas évidente. A l’inverse, la tablette offre un lien de cause à effet direct, une interactivité et une intuitivité immédiates qui facilitent la compréhension. On se prémunit donc déjà de nombreux barrages liés au support.

L’aspect ludique est aussi important. On va capter l’attention, favoriser la concentration et donner du plaisir à l’usage, et lorsque la motivation est là, elle facilite grandement l’apprentissage.

Enfin, l’aspect mobilité change beaucoup de choses. Nous sortons du modèle "un endroit = un apprentissage" ! C’est l’apprentissage embarqué que l’on utilise aussi bien chez l’orthophoniste qu’à la maison ou qu’en déplacement et qui permet de consolider les apprentissages. De plus, la personne peut avoir son outil de communication en permanence avec elle, ce qui n’est pas toujours possible avec les classeurs de pictogrammes.»


Un outil bien perçu

« Souvent, les professionnels sous-estiment les capacités d’une personne à utiliser une tablette tactile et sont surpris de voir que certains jeunes, même avec de grandes difficultés, peuvent l’utiliser pour peu que l’interface soit adaptée. Nos outils reçoivent un accueil généralement favorable, d’autant plus qu’on peut les personnaliser en fonction des aptitudes, de la sensibilité et de l’environnement direct de chacun. Parce que c’est un outil semblable au smartphone que nous avons tous en poche, la tablette numérique est facile à prendre en main pour les professionnels comme pour les familles. C’est un outil non stigmatisant pour l’utilisateur qui va lui permettre de communiquer plus facilement avec les autres. Du côté de l’accompagnant, le média montre vite son intérêt à partir du moment où il est effectivement perçu comme un outil au service du travail d’apprentissage. L’éducateur reste l’éducateur, l’orthophoniste reste l’orthophoniste et le psychologue reste le psychologue. »

Visiter le site Auticiel >




Applications-autisme.com, la plateforme d’échanges

La plateforme applications-autisme.com a été lancée en 2014 par la société Auticiel en partenariat avec l’UNAPEI et avec le soutien de la Fondation Orange. Elle recense l’ensemble des outils applicatifs utiles dans l’accompagnement des personnes avec autisme. A ce jour, plus de 80 000 personnes ont consulté ce site, et plus de 1000 contributeurs, parents et professionnels, ont référencé, évalué et commenté des outils… Un immense vivier d’idées et de testeurs !

Visiter le site www.applications-autisme.com >


Les nouvelles technologies numériques au service des personnes avec handicap mental et cognitif du côté de l’institut médico-éducatif (IME)

Madame Viera est Directrice de l'Institut Médico-Educatif Structure Ado Maisons Alfort (Sésame Autisme). Son établissement utilise la solution AutiTab conçue par Auticiel, elle témoigne et partage son expérience.

Les atouts de l’AutiTab

« Avec l’usage de l’AutiTab, la personne est dans le mouvement social : cet outil n’est pas marquant comme peut l’être un carnet de communication. [...] L’AutiTab est également un facilitateur de communication. La personne va pouvoir chercher facilement son explication et ainsi s’expliquer avec un tiers. »

« Avec la centralisation des données, nous pouvons transmettre aux structures qui suivent l’historique et le lexique de la personne mais aussi un book sur la réalité des possibilités de la personne. C’est primordial car on aperçoit chez les personnes intégrant une structure pour adulte une perte de capacités même créatives car ils se retrouvent enfermés dans une routine. L’AutiTab va pouvoir mobiliser une équipe pour aller proposer et aller chercher le jeune et stimuler des capacités que nous n’aurions pas identifiées au quotidien sans l’AutiTab. »

« L’AutiTab permet à la personne de vivre dans l’insertion sociale classique et de passer avec cet outil d’une structure à l’autre ou de la famille à l’établissement avec un vrai lien. »

« En tant que responsable, je vois également la réalité économique. Un gros budget est actuellement alloué à la mise en place des outils papiers. AutiTab, c’est moins de photocopies, moins de plastification d’étiquettes… Dernier point, on constate que certaines personnes que l'on pensait hermétiques à l’AutiTab sont en réalité complètement dedans, c’est formidable ! »


Les conseils d’une directrice d’établissement

L’AutiTab est un outil de tous les jours
« Il ne faut pas que les AutiTabs soient uniquement utilisées en support didactique, il faut les avoir dans la vie de tous les jours. C’est un soutien à la communication dans tous les axes de la vie. […] Il faut penser l’utilisation de l’AutiTab comme le support de communication qui va aussi être dans l’interaction, dans les apprentissages, dans la socialisation mais aussi au niveau loisirs. »

L’implantation d’AutiTab dans un établissement, un travail d’équipe
« Toute l’équipe institutionnelle doit être investie dans le projet. […] Il ne faut pas que le projet numérique soit lié à une seule personne dans une équipe car si elle part, on perd le projet. […] Il faut vraiment que l’AutiTab soit un outil partagé sur l’ensemble des ateliers en lien avec le projet individualisé du jeune. »

Des temps informels pour appréhender l’outil
« Il faut avoir des temps d’apprentissage, des temps de travail avec les personnes accompagnées et leur laisser aussi des temps pour le jeu, dans l’informel. Nous avons commencé ainsi dans la structure des adolescents : nous les avons d’abord laissés se saisir librement de l’AutiTab dans un premier temps et maintenant on se permet d’exiger certaines choses lors d’ateliers. Il faut cependant avoir des stratégies et des règles d’utilisation définies, sinon on peut perdre la maitrise ! »

Un usage différent selon les tranches d’âge
« Les projets chez les petits sont plutôt axés sur l’apprentissage scolaire. Chez les grands, on essaye plutôt de soutenir la socialisation et d’axer l’utilisation de l’AutiTab sur les situations de tous les jours. »

 Retour à l'index des lettres d'information > Lettres d'information juin 2015 > La lettre d'information Médico-social - Juin 2015 > L’apport des tablettes tactiles dans l’apprentissage et l’autonomie des personnes avec handicap mental et cognitif